L'aide aux employeurs en faveur de l'embauche d'un.e apprenti.e est prolongée jusqu'à fin 2022

« Investir dans la jeunesse est majeur pour notre avenir »

Les entrées en apprentissage ont augmenté de 98 % entre 2019 et 2021, soutenues par les aides exceptionnelles versées aux employeurs d’alternants pour faire face à la crise.

Cette aide accordée aux employeurs qui recrutent des alternants (jeunes en contrat d'apprentissage ou de professionnalisation) sera prolongée pour les contrats conclus jusqu'à la fin de l'année 2022. C'est ce qu'annoncait déjà Olivier Dussopt, nouveau ministre du Travail, du Plein emploi et de l'insertion, dans un communiqué de presse en mai. Ces mesures font suite au plan « 1 jeune, 1 solution » et s'inscrivent dans le cadre du dispositif « France Relance ». Elles visent à faciliter l'entrée dans la vie professionnelle des jeunes particulièrement touchés par les conséquences de la crise sanitaire.

« C’est un investissement qui vaut la peine donc on le fait »

En dépit du rapport de la cour des Comptes dénonçant le coût ruineux de cette aide et des conséquences de la réforme de 2018 qui a abouti à l'augmentation du coût des formations par apprenti (plus de 17 %), la mesure a été confirmée par la première ministre Elisabeth Borne, en juin, devant les élus de Seine-et-Marne : « investir dans la jeunesse est majeur pour notre avenir, c’est un investissement qui vaut la peine donc on le fait ».

L'aide exceptionnelle reste de 5 000 € pour le recrutement d'un alternant (en contrat d'apprentissage ou de professionnalisation) de moins de 18 ans et de 8 000 € si celui-ci a plus de 18 ans et moins de 30 ans

Quels sont les contrats concernés ?

Les contrats d'apprentissage et les contrats de professionnalisation conclus entre le 1er juillet 2020 et le 30 juin 2022 pour préparer un diplôme ou un titre allant jusqu'au niveau 7 du cadre national des certifications professionnelles (master, diplôme d'ingénieur...).

Les contrats de professionnalisation doivent être conclus avec des salariés de moins de 30 ans. Ces contrats peuvent également être des certificats de qualification professionnelle (CQP) ou des contrats de professionnalisation expérimentaux.

Pour quelles entreprises et à quelles conditions ?

L'aide forfaitaire s'adresse à toutes les entreprises et associations.

Pour les entreprises de moins de 250 salariés, cette aide est versée sans condition. Elle se substitue pendant la première année d'exécution du contrat à l'aide unique, pour les entreprises éligibles.

Les entreprises de 250 salariés ou plus peuvent bénéficier de l'aide si elles respectent l'une des deux conditions suivantes :

    Atteindre au moins 5 % de contrats favorisant l'insertion professionnelle :
  • au 31 décembre 2021 pour les contrats conclus entre le 1er juillet et le 31 mars 2021 ;
  • au 31 décembre 2022 pour les contrats conclus entre le 1er avril et le 31 décembre 2021 ;
  • au 31 décembre 2023 pour les contrats conclus entre le 1er janvier et le 30 juin 2022.
    Atteindre au moins 3 % d'alternants (contrat d'apprentissage ou de professionnalisation) et avoir connu une progression de 10 % d'alternants :
  • au 31 décembre 2021 pour les contrats d'apprentissage conclus entre le 1er juillet et le 31 mars 2021 ;
  • au 31 décembre 2022 pour les contrats d'apprentissage conclus entre le 1er avril et le 31 décembre 2021 ;
  • au 31 décembre 2023 pour les contrats conclus entre le 1er janvier et le 30 juin 2022.

Si ces objectifs ne sont pas atteints, les sommes perçues devront être remboursées.

L'aide est versée mensuellement, avant le paiement du salaire à l'apprenti, pendant la première année du contrat d'apprentissage ou du contrat de professionnalisation.

Quel régime pour l'année suivante ?

Cette aide que le gouvernement qualifie toujours d'exceptionnelle se substitue à l’Aide Unique aux Employeurs d’Apprenti pour la première année (AUEA) d'un contrat. A l’issue de cette première année, l'AUEA sera reconduit pour les entreprises éligibles, jusqu’à à la fin du contrat.

Des chiffres éloquents pour convaincre les employeurs !

Pour une entreprise, l'aide à l'embauche couvre 100 % du salaire d'un apprenti de moins de 21 ans, 80 % du salaire d'un apprenti de 21 à 25 ans révolus et près de 45 % du salaire d'un apprenti de 26 ans et plus (la première année).

Captain Cap  -  27/06/2022

Votre avis:

  • Avis (1) de : Lorian (Mardi 28 juin 2022)

    Le gouvernemment vise le million d'apprentis. On l'espère tous car l'apprentissage est un moteur social dans la cité mais il faudra trouver une solution pour financer un million d'apprentis ! Parmi les nouvelles contributions à trouver, je suggère de prélever 1% sur le revenu des autoroutes françaises :)

VOTRE AVIS
1/ Donnez une note d'humeur sur cette info.
2/ Ecrivez et postez votre avis (1500 caractères max)
------------------ annonces Google ----------------
...

LE CFA QUI BOUGE

CFA du Commerce et des Services

Blagnac(31)

Forum de l'apprenti

La dernière question: "Cotisations sociales"

Bonjour! J'ai besoin de vous pour répondre à une de mes questions. Je vais avoir 21 ans en février donc je vais être payée 61% du smic. Seulement, je ..

...
Salaire de l'apprenti: indicateur 2022
Moins de 18 ans 18 à 20 ans 21 ans à 26 ans
1ère année 453 € (27% SMIC) 722 € (43% SMIC) 890 € (53% SMIC)
2ème année 655 € (39% SMIC) 856 € (51% SMIC) 1 024 € (61% SMIC)
3ème année 923 € (55% SMIC) 1 125 € (67% SMIC) 1 310 € (78% SMIC)
Salaire de l'apprenti de 26 ans et + : 1 678.95 €