EXCLUSIF : les plans de la réforme de l'apprentissage dévoilés en avant première!
Un mois avant la fin de la concertation pour réformer l'apprentissage, notre enquête révèle les mesures qu'annoncera Muriel Pénicaud en février prochain.

Un projet de loi de réforme de l'apprentissage est attendu au printemps 2018. Il y a urgence, un million trois cent mille jeunes sont sans emplois ni formation en France.

Le gouvernement discute depuis plusieurs semaines avec les partenaires sociaux, les chambres consulaires et les régions pour évaluer les pistes d'une nouvelle stratégie qui permettrait à l'apprentissage français de connaître le même succès qu'en Suisse, en Allemagne et au Danemark.

Jeunes et entreprises au centre du dispositif

Muriel Pénicaud, la ministre du travail, qui mène les débats, a bien du mal à contenir la fronde dans cette concertation.

Le but bien compris par tout le monde est de mettre les entreprises et les jeunes au centre du dispositif. Les moyens pour y parvenir font l’objet d’un avis moins consensuel.

Notamment sur la manière d’affecter les ressources du financement public de l’apprentissage (8 milliards d’euros). C'est la question explosive !

La question qui fâche, tant le pouvoir est proportionnel au budget qu’on possède, dans cette affaire comme dans les autres. Le pouvoir c'est l'argent.

Une lutte de pouvoir donc qui a conduit le président de Régions de France, Hervé Morin, a claqué la porte de la concertation en dénonçant le hold-up que constituerait l’attribution du financement aux branches professionnelles.

Car cette tendance s'affirme au fil des jours: retirer le pilotage de l'apprentissage aux Régions pour le confier aux branches professionnelles.

Face au Régions, les syndicats patronaux et professionnels, consultés ces dernières semaines, soutiennent ce projet en faisant valoir l’efficacité du modèle suisse. La concertation est en panne!

Mais comment est financé l'apprentissage en France? Une image valant mieux qu'un long discours, voici la carte simplifiée (pour une meilleure lecture) du cheminement des flux entre les organismes concernés (chiffres 2010 mais c'est le plan actuel).


Le recours au Captain Cap

Par bonheur, il y a le Captain Cap, appelé en urgence par Muriel Pénicaud, complètement débordée. Fidèle à ses convictions républicaines, le Captain a abandonné d’importants travaux de détournement du canal de Suez vers la péninsule ibérique pour bondir au secours du gouvernement. Et le résultat est là. Voici, en exclusivité, ce qu’il nous a livré des mesures qu’il propose pour la réforme et qui font désormais l’unanimité :

Le nouveau plan (les flèches indiquent le flux de la taxe d'apprentissage)

Cette proposition en trois points repose sur l’idée (géniale) de former les apprentis aux compétences dont les entreprises ont besoin :

  • 1/ L’entreprise identifie son besoin de compétences et la formation adéquate dans le CFA de son choix, puis verse la taxe d’apprentissage à un organisme collecteur (par exemple l'URSSAF)
  • 2/ L’URSSAF reverse la totalité de la taxe et indique l’identification de la formation (CFA) à l’agence de certification.
  • 3/ L’agence de certification reverse la taxe au CFA après s’être assuré que celui-ci offre une qualité de formation conforme à la certification.

Et voilà! Cela paraît simple mais il y fallait toute la science du Captain Cap qui s'est déjà illustré de nombreuses fois sur les questions de supériorité de la pratique sur la théorie. L'économie attendue par cette mesure pourrait atteindre 1 milliard, voir plus selon le Captain, qui suggère d'en affecter une petite partie à la réhabilitation des mines de charcuterie pour sauver l'emploi en Alsace.

Cette proposition acclamée cette semaine en conseil des ministres, devra encore être débattu par les députés à l’assemblée nationale au printemps, mais nul doute qu’elle emportera l’adhésion du plus grand nombre de ces pères (et mères) de famille, soucieux du bien-être des plus jeunes de nos concitoyens.

On ne remerciera jamais assez le Captain Cap pour ce grand service rendu à la nation, mais il a déjà sauté dans un train.
[ Le Captain Cap est le héros haut en couleur des chroniques d'Alphonse Allais, journaliste et humoriste français (1854 – 1905)]

Votre avis

  • Avis (9) de : zorro (Samedi 23 décembre 2017)

    Bien joué Captain Cap!

  • Avis (9) de : Gaffy (Samedi 23 décembre 2017)

    Le plan est plus simple en effet! Mais n'est ce pas un peu trop simple ?

  • Avis (9) de : Voyons donc ! (Mercredi 3 janvier 2018)

    V'là l'URSSAF maintenant !! Et des organismes certificateurs !! Ça simplifie tout !

  • Avis (9) de : Trop bien (Mercredi 3 janvier 2018)

    Et en avant pour la simplification :) qui, comme chacun a pu le vivre, lorsqu'elle pointe le bout de son nez, donne droit à une nouvelle couche de complexification. O tempores O mores

  • Avis (9) de : Lucky (Vendredi 5 janvier 2018)

    Révolutionnaire! Pourrais t'on demander à ce Captain Cap de trouver une solution pour payer ses impôts sans mobiliser un million de fonctionnaires!

  • Avis (9) de : simplex (Samedi 6 janvier 2018)

    En réponse à "Trop bien", si tu évoques la simplification administrative qui doit s'exercer dans les plans du gouvernement, et qui ajoute une administration et des bureaux supplémentaires pour agir sur les dossiers mal classés, je t'approuve ...

  • Avis (9) de : Morin (Dimanche 7 janvier 2018)

    Les OPCA prélèvent 600 millions d'euros chaque année sur la taxe pour financer leur gestion (les syndicats doivent se goinfrer un peu au passage)

  • Avis (9) de : Zoé (Dimanche 7 janvier 2018)

    Je vous livre un extrait d'une enquête de capital.fr sur le sujet : «Les Opca se retrouvent chaque année à la tête d’une cagnotte de 600 millions d’euros pour régler leurs frais de fonctionnement. De quoi s’offrir de plantureux déjeuners et se verser de confortables salaires. Ainsi un directeur régional de l’Agefos PME (le plus gros des Opca) peut-il atteindre les 160 000 euros annuels. «Il s’agit du responsable d’une très grande antenne de 120 salariés, qui a vingt ans d’ancienneté et a bénéficié d’une prime exceptionnelle», se défend Joël Ruiz, le directeur général de l’organisme, en précisant que le salaire brut moyen mensuel de sa maison tourne autour de 3000 euros. Pas si mal quand même.»

  • Avis (9) de : Captain Cap (Lundi 8 janvier 2018)

    Réponse à "Allons donc": Hello, L'URSSAF ou bien un autre organisme collecteur auquel l'entreprise verse déjà des cotisations. Pour ne pas ajouter un nouvel organisme. Mais pas une OPCA, de grâce! A moins qu'on y place un agent de la force publique.

VOTRE AVIS
1/ Donnez une note d'humeur sur cette info.
2/ Ecrivez et postez votre avis (1500 caractères max)
...

Le CFA qui bouge

CFA Ecole de Travail - ORT

Paris(75)

Forum de l'apprenti

La dernière question: "On me fait passer les épreuves CAP"

Bonjour tous le monde, je m'appelle Raphael Breuer, je suis apprentis menuisier à la CFA des Compagnons du Devoir à Muizon. Bientôt, je vais pass ..

...

  T U B E   

L'apprentissage, comment ça marche?

Façon youtubeur: c'est quoi l'apprentissage ? Une vidéo réalisée par l'UFA Jean Rostand de Roubaix pour pour le CFA académique de Lille

L'entretien d'embauche

Un coach spécialisé dans les entretiens d'embauches nous donne les pistes en 7 points pour réussir un entretien lors d'un premier rendez-vous avec un employeur. Efficace!

MOOC Apprentissage

Emincez vos légumes comme un chef étoilé, fileter une sole, une réduction d'échalotes… ça s'apprend ! MOOC en cuisine..