Accueil lapprentiJob (emplois en apprentissage)
La rédaction d'une offre d’emploi est soumise à des règles juridiques.


Voici les règles fondamentales encadrées par la loi :

1. Interdiction des mentions discriminatoires


La discrimination consiste à traiter différemment des personnes placées dans une situation
comparable, en application d’un critère interdit par la loi.
Ainsi, il est interdit dans une offre d’emploi de faire référence à l’un des critères suivants
(article L. 5321-2 du Code du travail) :

• l’origine,

• le sexe,

• les mœurs,

• la situation familiale,

• la grossesse,

• la race, l’ethnie ou la nation,

• les opinions politiques,

• les activités syndicales ou mutualistes,

• les convictions religieuses,

• l’état de santé,

• le handicap,

• l’orientation sexuelle,

• l’âge,

• l’apparence physique,

• le nom de famille,

• les caractéristiques génétiques.

Ces discriminations sont interdites dans les annonces mais aussi tout au long de la
procédure de recrutement.
Ces principes sont inscrits dans le Code du travail (article L 1132-1) mais aussi dans le
Code pénal (article 225-1).

1.1. Mentions interdites

Voici quelques exemples de mentions discriminatoires qui ne doivent pas figurer dans les
offres d’emploi : « européen », « personne non typée », « alsacien », « nationalité française
», « dentiste musulman(e) pour remplacements », « entre 25 et 35 ans », « expression en
français sans accent », « nationalité française », « boucher israélite », « célibataire », « sans
enfant », « bonne santé », « personne valide », « personne en bonne condition physique », «
cheveux longs », « yeux bleus »…


Sont également interdites toutes les discriminations déguisées notamment sous forme
d’offre préférentielle (« telle personne de préférence ») ou indirectes (« carte d’électeur », «
force physique »,...).

1.2. Sanctions

L’auteur d’une discrimination encourt des sanctions pénales et/ou indemnitaires.
Tout candidat qui est écarté d’une procédure de recrutement, notamment par le biais d’une
annonce comportant un élément discriminatoire, peut solliciter des dommages-intérêts pour
le préjudice qu’il subit.
Les discriminations sont passibles
- de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende pour les personnes
physiques (article 225-2 du Code pénal),
- et de 225 000 euros pour les personnes morales ainsi que de l'interdiction, à titre
définitif ou pour une durée de cinq ans au plus, d'exercer directement ou
indirectement l’activité dans laquelle l’infraction a été commise (articles 131-38,
131-39 et 225-4 du Code pénal).
- d’une peine d’emprisonnement de cinq ans et d’une amende de 75 000 euros lorsque la
discrimination est commise par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée
d’une mission de service public, dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses
fonctions ou de sa mission (article 432-7 du Code pénal).

1.3. Responsabilités


Ces sanctions pénales concernent tout autant celui qui émet l’offre d’emploi que celui
qui la diffuse ou la publie ou celui qui reçoit des candidatures en vue de l’embauche ;
ainsi, au-delà des employeurs eux-mêmes, sont visés tous types d’intermédiaires de
l’emploi, publics ou privés (entreprises de travail temporaire, cabinets de recrutements et
autres).
Le fait de porter une mention discriminatoire dans une offre engage la responsabilité des
personnes morales (entreprise du recruteur, site Internet, intermédiaire de l’emploi…) ainsi
que des personnes physiques concernées (personne qui dépose l’offre, personne qui
l’enregistre, la contrôle ou la valide avant sa mise en ligne…).

1.4. Exceptions légales

Si vous demandez à introduire l’un des 18 critères discriminatoires listés ci-dessus
dans l’offre d’emploi, vous devez le justifier en vous référant à un texte légal ou
réglementaire. A défaut, cette mention ne pourra figurer dans l’offre d’emploi.

- Cas général : exigence professionnelle essentielle et déterminante


Des discriminations sont autorisées, en matière d'embauche, sur le sexe, l'âge ou
l'apparence physique, lorsqu'un tel motif constitue une exigence professionnelle essentielle
et déterminante et pour autant que l'objectif soit légitime et l'exigence proportionnée (article
225-3 du Code pénal).


Le code du travail autorise également les différences de traitement fondées sur l’un des 18
motifs listés comme discriminatoires, lorsqu’elles répondent à une exigence professionnelle
essentielle et déterminante et pour autant que l’objectif soit légitime et l’exigence
proportionnée (article L.
1133-1).5


Ainsi, par exemple, l’apparence physique peut être un critère légitime de recrutement pour
certains métiers du spectacle, notamment pour interpréter un rôle déterminé.


- Exceptions spécifiques à certains critères de discrimination

• Sexe (point 2)
• Age (point 3)
• Etat de santé ou handicap (point 4)
• Nationalité (point 5)


2. Une mention discriminatoire liée au sexe


La discrimination fondée sur le sexe est prohibée de façon explicite par trois articles :
article 225-1 du Code pénal, articles L 1132-1 et L 1142-1 du Code du travail.

Ainsi, il est interdit de mentionner dans une offre d’emploi, quels que soient les
caractères du contrat de travail envisagé, le sexe du candidat recherché, sauf si
l’appartenance à l’un ou l’autre sexe est la condition déterminante de l’exercice d’un emploi
ou d’une activité professionnelle (point 2.4).

En outre, l’article L 1225-1 du Code du travail interdit de prendre en considération l’état de
grossesse d’une femme pour refuser de l’embaucher.

2.1. Mentions interdites


Vous ne pouvez pas indiquer que vous désirez recruter exclusivement un homme ou une
femme. Il est ainsi interdit de rechercher une « vendeuse », une « assistante », un «
commercial », un « mécanicien » etc.

Les mentions du type « téléopératrice H/F », « vendeuse H/F »… sont également prohibées.


Enfin, une attention particulière doit être portée également sur les descriptifs des postes.
On recherche parfois un « homme de terrain », « confirmé », « expert », « motivé »… et dont
l’intitulé de l’offre est « commercial H/F », ou encore une « secrétaire sérieuse », «
rigoureuse »… pour un poste de « secrétaire H/F ». Outre l’intitulé du poste, il convient donc
également de rédiger le texte de l’offre sans que son contenu soit orienté sur le sexe du
candidat recherché.

2.2. Mentions autorisées


Au minimum, les appellations des métiers sont écrites au masculin suivies de la
mention H/F : « boulanger H/F », « technicien H/F », « caissier H/F »


2.3. Sanctions

Outre les sanctions précisées au point 1.4, l’article L 1146-1 du Code du travail prévoit que «
toute infraction aux dispositions des articles (…) L 1142-1 et L 1142-2 sera punie d’un
emprisonnement d’un an et d’une amende de 3 750 € ou de l’une de ces deux peines
seulement ».

2.4. Exceptions légales

- Exigence professionnelle essentielle et déterminante
Une distinction sur le sexe des candidats est autorisée « lorsque l’appartenance à l’un ou
l’autre sexe constitue, conformément aux dispositions du Code du travail ou aux lois portant
dispositions statutaires relatives à la fonction publique, la condition déterminante de
l’exercice d’un emploi ou d’une activité professionnelle. » (Article 225-3 du Code pénal)


Ainsi, sont autorisées les offres d’emploi visant exclusivement un public féminin ou masculin
lorsque l’emploi porte sur l’un des métiers suivants (article R. 1142-1) :

• mannequin chargé de présenter des vêtements et accessoires
• modèle
• artiste amené à interprété un rôle masculin ou féminin.

L’offre d’emploi peut alors être réservée aux hommes ou aux femmes selon le poste
proposé.

- Action positive favorisant le recrutement de femmes dans les secteurs où elles
sont sous-représentées.
Certaines dispositions relatives à l’égalité professionnelle entre hommes et femmes
autorisent à cibler le recrutement sur des candidatures féminines ; néanmoins, dans ce cas,
le poste ne peut être réservé uniquement aux femmes.

• l’article L 1142-4 du Code du travail a pour vocation de remédier aux
inégalités entre hommes et femmes : un texte réglementaire ou une
convention collective étendue par arrêté peuvent être adoptés pour favoriser
le recrutement des femmes dans certains secteurs.

• ?l’article L 1143-1du Code du travail prévoit également la possibilité pour une
entreprise de favoriser le recrutement des femmes dans l’entreprise. Le plan
pour l’égalité professionnelle prendra alors la forme d’un accord
d’entreprise.

La recherche de la mixité ne doit cependant pas se traduire par l’éviction totale des
candidats masculins dans la procédure de recrutement. L’offre d’emploi ne peut par
conséquent pas mentionner que l’emploi est réservé aux femmes.
Dans le cadre d’un « plan pour l’égalité entre les femmes et les hommes », vous pouvez
préciser dans l’offre : « à compétences égales, priorité aux candidatures féminines ».

- Enfin, il existe certaines exceptions légales :

L’emploi de personnel féminin est interdit par exemple pour certains travaux dangereux,
comme les travaux souterrains des mines et carrières ; l’offre d’emploi peut alors comporter
la mention « candidats masculins exclusivement » (article 210 du code minier).

Sauf texte particulier autorisant de réserver le poste à un homme ou à une femme, aucune
autre considération ne permet de passer outre à l’interdiction de discriminer sur le sexe.
Le fait d’invoquer des conditions d’emploi particulières (« le candidat sera envoyé en mission
dans des pays dits « sensibles », « les conditions d’exercice sont dures physiquement»…),
est inopérant.

3. Une mention discriminatoire liée à l’âge

Toutes les limites d’âge (maximum/minimum), fourchettes d’âge ou formules telles
que « de préférence de tel âge », « tel âge environ »…, sont interdites dans les offres
d’emploi.
La prohibition de cette forme de discrimination est sanctionnée par le Code du travail
(articles L 1132-1 et L 5331-2) et le Code pénal (article 225-1).
Cette interdiction concerne aussi bien l’âge maximum que l’âge minimum.

3.1. Mentions interdites

- Exemples : « âgé de 25 à 35 ans », « environ 30 ans », « 30/40 ans », « avoir plus de 45
ans », « emploi réservé à un sénior », …

- Les mentions « junior » et « senior » :
Ces appellations sont fréquemment utilisées dans les domaines de la finance, de
l’assurance, de l’informatique, du consulting…
Elles désignent non l’âge de la personne mais son expérience dans une fonction tant
en terme de durée que de niveau d’expertise et de responsabilités.
Exemples : un senior peut être âgé de 30 ans, s’il a commencé tôt, et un junior peut être âgé
de 40 ans si son expertise n’est pas encore totalement reconnue et/ou que son expérience
est récente dans la profession.
En-dehors de ces domaines d’activité particuliers, il convient de privilégier les mentions «
débutant » ou « expérimenté ».

3.2. Sanctions


Outre les sanctions précisées au point 1.4, la violation des dispositions de l’article L 5331-2
du Code du travail, par un service public de placement, est punie par une amende de 450
euros au plus (article R 5334-1 du Code du travail).

3.3. Exceptions légales : mentions autorisées


L’article L 1133-2 du code du travail précise que « les différences de traitement fondées sur
l’âge ne constituent pas une discrimination lorsqu’elles sont objectivement et
raisonnablement justifiées par un objectif légitime ; notamment par des objectifs de politique
de l’emploi et lorsque les moyens de réaliser cet objectif sont appropriés et nécessaires. Ces
différences peuvent notamment consister en :
- l’interdiction de l’accès à l’emploi ou la mise en place de conditions de travail spéciales en
vue d’assurer la protection des jeunes et des travailleurs âgés ;
- la fixation d’un âge maximum pour le recrutement, fondée sur la formation requise pour le
poste concerné ou la nécessité d’une période d’emploi raisonnable avant la retraite. »

- Ainsi, les seules limites d’âge supérieures qui puissent figurer sont celles prévues
par un texte législatif ou réglementaire (article L 5331-2 du Code du travail), c’est le cas
notamment du contrat d’apprentissage, de certaines dispositions statutaires dans la fonction
publique.

- Une limite d’âge minimale peut aussi être mentionnée pour les emplois qui ne
peuvent légalement pas être tenus au dessous d’un certain âge : dans les débits de
boissons (article L 4153-6 du Code du travail), pour certains travaux dangereux (la liste des
travaux interdits aux salariés de moins de 18 ans, en raison du danger qu’ils présentent, est
inscrite dans le Code du travail aux articles D 4153-21 et suivants).

- Enfin, l’âge minimum d’admission au travail est de 16 ans, sauf exceptions pour les travaux
d’été (cet âge est porté à 14 ans) et pour les professionnels du spectacle, de la mode ou de
la publicité, où la condition d’âge minimum peut être ignorée sur autorisation (articles L 4153-
1 et suivants, D 4153-1 et suivants, L 7124-1 et suivants du Code du Travail).

Afin d’éviter toute suspicion de discrimination, il sera préférable de mentionner
brièvement dans l’offre d’emploi le texte ou la nature du contrat à laquelle l’exception
est attachée.


4. Une mention discriminatoire liée au handicap ou l’état de santé

4.1. Mentions interdites

« Recherche personne en bonne condition physique », « personne valide », « poste réservé
à une personne handicapée », « poste ouvert aux personnes handicapées ».

4.2 Exceptions légales : mentions autorisées

- Sont autorisées les discriminations sur l’état de santé ou le handicap :
• lorsqu’elles consistent en un refus d’embauche fondé sur l’inaptitude
médicalement constatée,
• lorsque les distinctions sur ce motif « consistent en des opérations ayant pour
objet la prévention et la couverture du risque décès, des risques portant atteinte à l’intégrité physique de la personne ou des risques d’incapacité de travail ou d’invalidité. » (article 225-3 du Code pénal).

- Obligation d’emploi des travailleurs handicapés et assimilés (autres bénéficiaires de l’obligation d’emploi - BOE)

Les travailleurs handicapés, ainsi que les mutilés de guerre et assimilés (mentionnés à
l’article L. 5212-13 du code du travail) bénéficient d’une obligation d’emploi de 6% de
l’effectif dans les entreprises d’au moins 20 salariés, y compris les EPIC (article L. 5212-2).
Dans le cas où vous exprimez le souhait de remplir votre obligation d’emploi, l’offre peut
comporter la mention suivante : “à compétences égales, priorité aux travailleurs
handicapés et autres bénéficiaires de l’obligation d’emploi”. Le conseiller vous
proposera des candidatures panachées de candidats handicapés ou non handicapés.
Il est interdit de réserver un poste en particulier à un travailleur handicapé.
En pratique, il convient de ne pas inscrire dans l’offre d’emploi qu’elle est « réservée TH »
dans la mesure où une telle mention porte atteinte au principe de non-discrimination.

- Cas particulier des concours de la fonction publique réservés aux travailleurs
handicapés (Décret n°95-979 du 25 août 1995)

Vous êtes un employeur public. Dans la mesure où il s’agit d’une voie de concours
spécifique dans la fonction publique, les conditions d’ouverture du concours sont
nécessairement fixées par un arrêté. Celui-ci constitue un fondement juridique qui permet de
justifier l’atteinte au principe de non-discrimination et la sélection des publics par application
d’un critère discriminatoire.

Ainsi, comme pour toute dérogation au principe de non-discrimination, vous devez fournir le
texte qui fixe les conditions du concours et qui fait de la reconnaissance de la qualité de
travailleur handicapé un critère de recrutement.
Au niveau de la formulation dans l’offre, il est alors possible de préciser qu’il s’agit d’un
« concours de la fonction publique ouvert aux seules personnes bénéficiant de la
reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé ».

La loi n°84-16 du 11 janvier 1984 prévoit pour les travailleurs handicapés, outre la voie
générale, une voie spécifique d’accès à la fonction publique : le candidat est recruté sur
dossier sous le statut d’agent contractuel avec une possibilité de titularisation à l’issue du
CDD. Cette possibilité est réservée aux personnes handicapées, relevant de l’obligation
d’emploi prévue à l’article L. 5212-13 1°, 2°, 3°, 4°, 9°, 10° et 11°du Code du travail.

Il s’agit de postes réservés dans la fonction publique. Par application du décret du 25 août
1995, les arrêtés d’ouverture de concours prévoient que 6% des postes au moins sont
réservés à cette voie de recrutement contractuel.
Il est alors possible de mentionner dans l’offre que, outre les autres conditions d’accès, le
poste est réservé aux personnes handicapées visées à l’article L. 5212-13 1° 2°
3°4°9°10° et 11°du Code du travail. Seules les cand idatures relevant de ce public seront
transmises à l’employeur.

5. Une mention discriminatoire liée à la nationalité

5.1. Mentions interdites


- Exemples : « poste ouvert aux ressortissants européens », « langue française maternelle »,
« carte d’électeur »…


- Le fait de demander une compétence linguistique particulière pour occuper un emploi peut
être constitutif d’une discrimination indirecte fondée sur la nationalité ou l’origine des
candidats, si cette exigence professionnelle n’est pas directement en lien avec les tâches qui
devra accomplir le futur salarié.
Le niveau de connaissance linguistique doit être évalué au regard de la technicité
linguistique imposée par la nature des tâches à accomplir.
En tout état de cause, il ne peut être exigé d’un candidat qu’il possède une langue
« maternelle ». Seul le niveau bilingue peut être exigé comme le niveau le plus élevé de
maîtrise d’une langue.

5.2. Exceptions légales : mentions autorisées


- Nationalité française ou d’un autre Etat de l’Union européenne :
La loi du 26 juillet 1991 prévoit que les emplois dans la fonction publique sont réservés aux
ressortissants français. Une condition de nationalité française peut donc être exigée pour les
emplois dans la fonction publique.
En vertu du principe de libre circulation des citoyens de l’Union européenne, certains emplois
dans la fonction publique sont également ouverts aux ressortissants des Etats membres de
l’Union européenne. L’offre peut alors mentionner cette condition de nationalité.
Vous devez fournir le texte vous autorisant à réserver le recrutement aux candidats de
nationalité française ou européenne.

6. Une description en langue étrangère

L’offre d’emploi doit obligatoirement être rédigée en français si le lieu de travail est en
France.
En outre, si l’emploi à pourvoir ne peut être désigné que par un terme étranger, un texte
rédigé en français doit compléter la désignation de ce poste ayant pour but de le décrire en
détail et ainsi éviter d’induire le candidat en erreur.
Enfin, l’obligation d’utiliser la langue française concerne tous les emplois effectués sur le
territoire français (quelle que soit la nationalité de l’employeur) et toutes les offres diffusées
par un employeur français, même si l’emploi à pourvoir est basé hors du territoire français et
qu’une parfaite connaissance de la langue étrangère est une condition majeure de
l’embauche (article L 5331-4 du Code du travail).

6.1. Sanction

La violation des dispositions de l’article L 5331-4 du Code du travail, par un service public de
placement, est punie par une amende de 450 euros au plus (article R 5334-1 du Code du
travail et article 131-13 du code pénal).

6.2. Exception légale


Les publications rédigées principalement en langue étrangère peuvent diffuser une offre
d’emploi comportant des mots, des termes ou des textes entiers en langue étrangère (article
L 5331-4 du Code du travail).
De même, l’interdiction de diffuser des offres d’emploi en langue étrangère ne s’applique pas
aux offres d’emploi ou de travaux à exécuter hors du territoire français lorsque l’auteur de
l’offre ou l’employeur est étranger.


7. Une allégation fausse ou susceptible d’induire en erreur


Il est interdit de faire figurer sur une offre d’emploi une allégation fausse ou susceptible
d’induire en erreur le candidat en ce qui concerne l’existence, l’origine, la nature et la
description de l’emploi offert, la rémunération, les avantages annexes proposés et le lieu de
travail (article L 5331-3 du Code du travail).

Sanctions

L’insertion d’une offre d’emploi en infraction de ces dispositions est punie d’une peine
d’emprisonnement d’un an et d’une amende de 37500 euros (article L 5334-1 du Code du
travail).
L’annonceur est responsable de l’infraction. Le diffuseur est responsable lorsqu’il agit sans
demande expresse d’insertion de l’offre émanant de l’annonceur.

8. L’absence de date

Toute offre d’emploi publiée ou diffusée doit être datée (article L 5332-1 du Code du travail).

Sanction
La violation de ces dispositions par un service public de placement est punie par une
amende de 450 euros au plus (article R 5334-1 du Code du travail).

9. L’absence du nom de l’employeur

Toute offre d’emploi publiée ou diffusée doit mentionner le nom de l’employeur (article L
5332-2 du Code du travail).

Exception légale

Une exception est faite pour les offres anonymes. Toutefois, l’employeur ou
l’intermédiaire agissant en son nom (agence de publicité, cabinet de recrutement…) doit faire
connaître son nom ou sa raison sociale ainsi que son adresse au directeur de la publication
ou au responsable du moyen de communication (article L 5332-2 du Code du travail).

L'APPRENTI ne pourra diffuser une offre d’emploi qui ne respecte pas le régime juridique des offres d’emploi.

 
Candidats| Employeurs| Conseils | Qui sommes nous? | Les tarifs
Réglement juridique | Contactez nous| Dîtes le à un ami | lapprenti.com | Rejoignez nous sur La page facebook de L'APPRENTI
 
lapprentiJob est un service de lapprenti.com. Tous droits réservés lapprentiJob® 2006
CNIL N° 1261361. En application de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 ("informatique et libertés"),
vous disposez d'un droit d'accès aux informations qui vous concernent et vous pouvez les faire modifier.
Si vous souhaitez faire modifier ou supprimer certaines des données qui vous concernent, veuillez nous adresser un message en cliquant ici
  • contre la violence et la haine